Des nouvelles du RIAM

 

Courant Octobre, Tanguy s’est rendu à Rabat pour une mission de suivi auprès du RIAM (http://reseauriam.org/), partenaire de TH. L’occasion de faire le point sur les projets soutenus par TH et de discuter des perspectives.

Deux projets de terrain ont en effet été soutenus en 2021, initiés par 2 acteurs ayant pris part à la formation d’animateurs en agroécologie méditerranéens en 2019.

  • Un Projet de formation à l’agroécologie dans l’Oriental, animé par Yahya Rhomari, membre de la coopérative biologique de l’Oriental : impliquant une vingtaine de paysans, des formations et visite d’échanges ont été organisées permettant d’enclencher une dynamique autour de l’agroécologie dans l’Oriental, région excentrée du Maroc où peu d’initiatives agroécologiques arrivent encore à percer à cause du manque de fermes de références et des difficultés de commercialisation entre autre. Pour 2022, nous prévoyons de poursuivre des séances de formations techniques régulières pour les paysans, d’organiser des journées de suivi sur les fermes, de se concerter avec une autre ONG espagnole qui intervient ds la même région et de réaliser un diagnostic pour voir s’il serait pertinent d’amorcer un SPG dans l’Oriental, inspiré des expériences réussies de Rabat et Marrakech.
  • Un Projet Semences Paysannes dans la région de Rabat, animé par Mustapha Belharcha, Jihad Elmalih et Zineb BenRahmoune : à destination d’une quinzaine de paysans de la coopérative BioShoul, le projet vise à mettre en avant le rôle essentiel des semences paysannes pour l’autonomie des paysans, pour assurer une biodiversité cultivée et pour préserver les espèces adaptées au climat local et plus résistantes aux changements climatiques. Pour cette 1ère année, les paysans ont travaillé à la sélection et à la reproduction de semences de haricots ce qui a permis de tester à la fois leur motivation, leur disponibilité, les techniques pour limiter les hybridations… La thématique de la semences est bien sûr une bonne porte d’entrée pour aborder d’autres thèmes liées à l’agroécologie comme la culture sur sol vivant ou l’agroforesterie. Un moussem (fête) des semences sera réalisé d’ici la fin de l’année pour sensibilisé les citoyens et paysans marocain aux enjeux sur les semences paysannes. Cette fête pourrait devenir une rencontre annuelle à l’automne, s’inspirant sur des initiatives similaires portée par l’ATP en Tunisie ou Torba en Algérie. Pour 2022, l’objectif est d’impliquer plus de paysans et de reproduire des nouvelles variétés (potagères et arboricoles) sur différentes fermes pour pouvoir créer à termes de multiples maisons de semences.

Pour 2022, le RIAM souhaite également mettre en place un nouveau module de formation sur l’apiculture durable à destination des paysans labellisés SPG Maroc. Aujourd’hui, les apiculteurs manque de connaissance pour prendre soin des ruches et on constate une forte utilisation de l’alimentation au sucre, faute de nourriture suffisante dans les fermes pour les abeilles. L’idée est donc de promouvoir le développement de rucher sédentaire dans les fermes paysannes permettant ainsi d’apporter un complément de revenus aux paysans et de favoriser la pollinisation des cultures. Pour cela 1 rucher école sera installé à l’école de jardinage de Funci et servira de support pour les formations, 4 jours de sensibilisation seront réalisées avec notamment un point sur l’approche botanique de l’apiculture, où comment planter des espèces sur sa ferme permettant de nourrir les abeilles sur toute l’année. A termes, les acquis de cette formation permettront de faire évoluer le cahier des charges apicultures du SPG Maroc.

On voit donc que de nombreuses dynamiques de terrain sont en cours ! Cela engendre des changements en termes d’organisation et de professionnalisation pour le RIAM. En effet, le RIAM repose aujourd’hui principalement sur ses bénévoles avec quelques prestataires intervenant ponctuellement sur des projets. Pour répondre à ces défis, T & H soutient le recrutement d’un poste de coordination pour aider le RIAM à réaliser ses missions et souhaite accompagner le RIAM dans la gestion de ses projets pour le rendre plus autonomes.

Cette mission a aussi permis de tester pour la 1ère fois en méditerranée, un outil de caractérisation des fermes paysannes en agroécologie. Un grand merci à la ferme Facyla (https://www.facebook.com/facylafermebio/) pour son accueil et sa disponibilité. Cet outil développé par T & H se décline en différents volets (carte de la ferme, frise chronologique, composition du foyer, ancrage et réseau de commercialisation, itinéraire technique, autonomie, analyse financière)et  tend à être déployé sur l’ensemble du pourtour méditerranéen et en Afrique de l’Ouest. Il vise à mieux comprendre le parcours des paysans installés en agroécologie et à démontrer la variété de modèles agroécologiques existants pour inspirer d’autres paysans dans cette démarche.

 

Pour en savoir plus ou pour appuyer ces projets, n’hésitez pas à contacter Emmanuelle à epatetsos@terre-humanisme.org et à aller rencontrer les nombreux acteurs du RIAM

Pin It on Pinterest

Share This
JE FAIS UN DON