Portrait de Virginie Sanchez – dite Vivi – Coordinatrice de formation

 

Est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Virginie, et je travaille à Terre & Humanisme depuis le 1 septembre 2001. Je suis arrivée à l’association en 2000, en tant que bénévole, je suis partie au Mali avec un groupe de volontaires ardéchois. J’ai ensuite été embauché suite au départ de l’assistante de Pierre Rabhi, et je suis restée son assistante de 2001 à 2008. A l’époque, l’inscription aux stages de l’association était gérée par la personne chargée de l’accueil, et avec l’ampleur qu’ont pris nos stages, j’ai proposé au Conseil d’Administration de créer un poste de coordination des formations, et j’ai pris ce poste depuis 2008. Je suis documentaliste de formation à la base, j’ai donc beaucoup appris sur le tas, et nos stages ont continués à prendre de l’ampleur j’ai donc passé un diplôme universitaire de Responsable en Ingénierie de Formation pour acquérir des compétences, parce que c’était complètement nouveau pour moi ! Je regrette absolument pas, maintenant je suis beaucoup plus à l’aise avec tout ce qui est administratif, je sais maintenant que chaque problème administratif a une solution, et je dors beaucoup mieux la nuit !

Pourquoi as-tu choisie de travailler à Terre & Humanisme ?

Au départ, j’étais la pour soutenir les idées de Pierre, je connaissais pas grand chose en agroécologie, comme je suis documentaliste à la base, l’idée de travailler pour un écrivain, qui écrivait sur la terre, ça avait beaucoup de sens pour moi. Et ensuite, quand je suis passée sur la formation, ce qui m’a attirée c’est d’organiser les choses pour que les gens se sentent bien. Dans l’accueil des stagiaires, j’essaie de tout faire pour que les gens repartent le plus heureux possible, en ayant appris des techniques mais aussi en ayant vécu une belle expérience humaine.

C’est une chance incroyable de travailler ici. J’ai déjà été licenciée économiquement de cette association, en avril 2003, nos sources de financements étaient très peu diversifiées à ce moment-là. J’ai pu être ré-embauchée à temps partiel 6 mois plus tard, grâce à Michel Valentin des Amanins,  et Josette Amor qui nous ont aidés à trouver d’autres formes de financements, notamment avec le Crédit Coopératif. J’ai retrouvé un contrat à durée indéterminée un an plus tard. Je mesure donc vraiment la chance que j’ai de travailler ici, à 5 kilomètres de chez moi, dans cette ambiance là, avec toutes ces valeurs, l’intérêt du public pour l’agroécologie, et surtout avec cette équipe !

Est-ce qu’il y a un moment pépite, qui t’as particulièrement touchée ?

J’ai en tête beaucoup de rencontres, certaines m’ont beaucoup marquées, notamment celle avec Florence, qui était chargée de communication pour Terre & Humanisme. Elle est partie de l’association en 2012 mais ça a été une rencontre amicale très forte pour moi, elle est devenue une de mes meilleures amies. Le moment très important pour moi dans mon expérience de Coordinatrice formation, ça a été la certification de la formation d’ « Animateur en agroécologie », en 2017 : une vraie reconnaissance pour une formation atypique, unique en France.

Et puis les pépites informelles,  ce sont tous les moments que l’on passe en équipe, à vivre des moments conviviaux. A chaque fois que l’on se retrouve le soir pour faire la fête alors que l’on passe déjà la journée à travailler ensemble, je trouve ça absolument magique !

Si tu étais un végétal..?

J’aimerais être un cognassier, j’adore les arbres fruitiers en général. Je trouve les fleurs de cognassier très belles,  délicates, elles ressemblent à des fleurs de tulipe blanches. Le cognassier est très rustique, simple et donne d’excellents fruits pour la gelée.

 

Pin It on Pinterest

Share This